Un an, seulement…

Publié le par Héloïse

Il y a un an déjà… un an seulement… Antoine se faisait amputer à l'hôpital de Sallanches. "Il faut du temps maintenant" écrivais-je alors.  Tout a pourtant été très vite. Retour sur une année bien remplie.

11 novembre 2008: amputation de tous les orteils du pied droit. On pose sur la plaie un VAC, appareil qui doit accélérer la cicatrisation. Tous les deux jours, le pansement est refait, sous anesthésie générale. Antoine subira ainsi une dizaine de passages au bloc.

28 novembre: Antoine est transféré à l'hôpital Saint-Joseph à Paris. On parle alors de le réamputer pour refermer la plaie. "Ca prendra trop longtemps à cicatriser", lui explique-t-on alors. "Vous souffrirez trop…" Antoine fait de la résistance et reçoit le secours inespéré d'un médecin prothésiste du centre de Valenton (Val-de-Marne).

Début décembre: on retire le VAC. Surtout, une infirmière arrive à refaire le pansement d'Antoine sans anesthésie. Très douloureux, mais c'est une nouvelle étape de franchie.

16 décembre: Antoine sort de l'hôpital. Il a des béquilles, une chaussure orthopédique (baruk) pour l'aider à marcher et des instructions de soin. Une infirmière libérale viendra tous les deux jours refaire à domicile le pansement. Pour le reste: débrouillez-vous…

Noël: Antoine se fait offrir un rameur. Le grand sportif n'a pas renoncé à l'activité physique. L'inactivité lui a trop pesé. Il fait une demi heure de rameur par jour, à fond, bien sûr – on ne se refait pas.

1er janvier 2009: début du traitement au miel. Tout commence par un article sur le net qui a attiré son attention; le miel accélérerait la cicatrisation. Antoine prend contact avec le docteur Descottes, l'auteur de ce protocole qu'il met en pratique à l'hôpital de Limoges. Il suffit de commander un pot de miel à un petit apiculteur de l'Hérault (1 kg de miel de thym) et, avec l'aide des infirmières, d'appliquer le miel sur la compresse, posée sur la plaie. Tout simple et très efficace. Les infirmières elles-mêmes sont impressionnées par la rapidité de la cicatrisation.

11 février: Antoine fait ses débuts en vélib'. Le vélo, c'est plus drôle que le rameur!

4 mars: le pied est officiellement cicatrisé. Les soins infirmiers, c'est fini! Le pot de miel rejoint les étagères de la cuisine (délicieux sur les tartines, au petit déjeuner). Et Antoine reprend le travail: journaliste-reporter pour l'émission hebdomadaire Sciences 2 sur France 2.

Avril: Antoine tourne à Longchamp. Pour ceux qui ne connaissent pas le monde du vélo, le tour de l'hippodrome ouest-parisien est une piste où les cyclistes roulent comme des fous! Cyclistes du dimanche, s'abstenir!

14 juin: Antoine participe à sa première course cyclo-sportive, la Time-Megève-Mont-Blanc, 85 km et quelques cols (photo ci-dessous)! Suivra la Tristan Mouric, le 28 juin,
127 km qu'Antoine parcourt en 5 heures avec l'ascension mythique du Mont Ventoux.
Ascension qui parachève également l'étape du Tour de France ouverte aux amateurs, le 20 juillet, avec cette fois 170 km (photo ci-dessous). Antoine finit à 3 heures du vainqueur mais
finit surtout par se faire gronder par son prothésiste; la cicatrice est encore fragile. Malgré quelques frayeurs, le pied tient bon.

Septembre: Antoine essaie une première prothèse. Elle ne pourra pas l'aider à courir. Il prend contact avec Ossur, fabriquant high tech de prothèse (ce sont eux qui font les prothèses de Pistorius, le coureur sans jambe). Mais rien n'existe pour les amputés des orteils. Certains sportifs préfèrent même se faire recouper le pied au-dessus de la cheville pour se faire appareiller…

Le monde des prothèses reste le parent pauvre de la médecine. Un autre combat à mener si Antoine veut recourir un jour…

Publié dans Soins médicaux

Commenter cet article

spies jean pierre 09/08/2012 01:04

bonjour
y aurait il possibilité de savoir ou ce procurer le miel de
thym.... opération au mois de septembre,avec toujours de gros problèmes de cicatrisation.... je vous laisse mon mail
..... loris.21@free.fr.... merci si vous pouvez me renseigner

niko 01/11/2011 19:38


Bonjour

En visite sur vos pages je vous propose de découvrir et commenter une création faites en rapport au sport national canadien le hockey sur glace :
http://www.nicolaslizier.com/article-creation-hockey-sur-glace-joe-thornton-86559318.html

Je vous remercie par avance et je vous souhaite une bonne continuation sur votre blog.

A bientôt

Nicolas graphiste


kamel 14/06/2011 16:26


l'orteil du moins le bout est pas noir c'est entre le pied et l'orteils qui est noir. Mais a l'heure qu'il est il doit être au bloc ...


kamel 14/06/2011 15:20


il a 52 ans et tres sportif l'accident c'est dérouler courant avril on lui a griller la priorité il est au service orthopédie de l'hôpital nord de Marseille et non il lui enlèveront pas le pied
c'était une option et suite a une réunion ils ont refuser la nécrose est du a l'écrasement de son pied il lui on nettoyer toute les nécrose puis greffer un muscle du dos pour recouvrir ce qu'il
avait enlever la greffe a bien pris mais il y a de la nécrose entre l'orteil et le pied c'est assez fou


Antoine 14/06/2011 16:20



Je ne sais malheureusement pas si l'amputation du gros orteil a déjà eu lieu, ce mardi. Mais je ne suis pas persuadé qu'une nécrose entre le gros orteil et le pied, justifie à elle seule une
telle solution, si radicale.


L'accident a eu lieu, il y a seulement 2 mois, aussi faut il laissé le temps au corps de trouver une solution de "revascularisation". Votre père étant sportif et en bonne santé, il n'y a pas de
raison que cette vascularisation ne se fasse pas. J'avais moi même une importante nécrose sur mon gros orteil gauche et les medecins, pourtant renommés de l'Hopital Percy de Clamart envisageaient
que je puisse le perdre et en fait il est revenu...tout seul, la nécrose s'est résorbée d'elle même. J'en avait aussi une au talon, il était tout noir et au bout de 3 mois, la nécrose a fini par
disparaitre.


Je ne suis pas médecin et je ne voudrais pas créer une polémique inutile, mais j'ai constaté au travers de mes rencontres sur des salons orthopédiques et en tant que journaliste, que très souvent
les chirurgiens sont obligé d'amputer par la seule crainte de ne pas savoir prédire l'évolution de la nécrose.


Autrement dit on ampute un peu vite par peur de la septicémie (ou gangrène) !


Je pense que cette ultime solution d'amputation ne doit être envisagée qu'à la toute dernière minute.


Je vous invite à vous mettre en relations avec le CHU de Limoges et le service de feu le Professeur Descottes afin d'envisager éventuellement l'application de "miel" de thym sur cette nécrose.


Le professeur m'avait confié avant de mourir, tous les espoirs qu'il fondait dans cette "api-thérapie". (soins par les produits des abeilles).


J'ai pu tester le miel de thym en cicatrisation et le résultat est extraordinaire. Le docteur descottes avait lui réussit à ramener des nécroses de mains ou de pied en appliquant simplement du
miel de thym dessus.


Donc si l'orteil n'est pas entièrement noir, si ce n'est qu'une partie de l'orteil qui est touchée alors essayez le miel. Si en revanche tout le gros orteil est noir et pourrit à la limite de la
putréfaction (ce qui était mon cas) alors l'amputation s'impose.


N'oubliez pas non plus que la revascularisation d'un membre passe par l'activité cardio pulmonaire, s'il peut faire une activité physique régulière; vélo d'appartement, rameur ou bassin piscine,
alors la récupérartion ira beaucoup plus vite.


Et n'hésitez pas à parler du miel et du travail du professeur Descottes à votre chirurgien....


Je ne sais pas si le Dr Poitout s'occupe de votre père mais j'imagine ou j'espère qu'il aura une oreille attentive.


Bon courage,



kamel 14/06/2011 10:52


ils ont essayer de le sauver et on greffer un muscle pour recouvrir tout le dessus du pied et réparer l'orteil sa a bien pris mais sur le cotes au niveau de l'articulation de l'orteil la nécrose
continue et va sur le greffe il avait carrement envisager de lui couper le pied le pire est que son orteil est nickel il bouge etc bref c'est assez confus


Antoine 14/06/2011 12:24



Quel âge a votre père ? Et connaissez-vous la cause de la nécrose ? Enfin dans quel service est-il ? J'imagine à Montpellier, quel hospital et quel service ? Orthopédie ?


Si oui, je vous recommande de consulter l'avis d'un chirurgien vasculaire. Et enfin, à quand remonte l'accident ?


Et surtout qu'il ne se fasse pas couper le pied. Quoi qu'il arrive ! On retrouve une vie normale sans réelles complications même sans orteils. C'est pas le cas de l'amputé du pied !