J'ai pris deux ans...

Publié le par Antoine

Brochetonio-small.jpgRien de tel que de se faire opérer en hiver quand dehors il fait froid et que le débat identaire échauffe les esprits.
Pour ma part, malgré la trêve hivernale, j’avais été expulsé de ma chambre d'hôpital le 10 janvier, et jeté à la rue. Plutôt Avenue de Versailles. J’avais fais appel, un comité de soutien emmené par Manuela mon infirmière et Tiphaine ma kiné, s’était spontanément constitué. J'étais persuadé de pouvoir réintégrer ma chambre, au plus tard le 26 février.
 Au passage, j'avais pensé à cette occasion rendre au chirurgien les broches qu’il m’avait si généreusement prêtées. Comme elles sont consignées, je ne pouvais me résoudre à les garder. Et puis toutes les bonnes choses ont une fin !
Rendez-vous était donc pris avec Marc-Antoine Rousseau, au petit matin du 18 fevrier. La journée s'annonçait grise, aussi avec mon assistante de belle-mère nous avions choisi de nous rendre à cette entrevue à bord de son véhicule à moteur.
Pas de panique, le timing était au poil, rendez-vous : la Salpétrière 10h00, 6ème étage...Pour le reconnaître, il portera une blouse blanche !
Circulation fluide, 9h55, nous étions dans les temps.
Commençait alors le petit parcours... Rien de méchant, juste une radio, deux minutes avec l'anestésiste et 2h45... plus tard je me retrouvais dans le bureau du chirurgien.
Les premières nouvelles étaient excellentes, je n'avais perdu aucune vis en 2 mois, la broche n'avait pas bougé, ou plutôt je n'avais pas bougé autour de la broche et la cicatrisation de l'os avait l'air d'avoir bien pris. Nikel, on peut donc annuler l'intervention chirurgicale du 26 fevrier !??

Plaît-il ? me susurrai-je à l'oreille. Et pourquoi diable remettre à quelques semaines ce que nous pourrions aisement réaliser sans le moindre stress, le retrait de ces maudites broches faites de titane et d'acier ? La question ne m'avait jamais paru plus pertinente que ce matin gris de février, pourquoi remettre au lendemain. Parce qu'en l'occurrence il s'agissait de deux ans.
Pourquoi remettre à deux ans ce que... Comment deux ans ???
Mon menuisier de chirurgien avait omis de me préciser que le temps "nécessaire"  au recollage de mon os était de deux ans. Temps nécessaire donc avant le retrait définitif du "clou" qui se trouve logé, en dedans mon fémur.
Incompréhension linguistique médicale oblige, "la broche", que nous pensions enlever le 26 février prochain, n'était autre qu'une chtit' broche qui tient le clou.
M'enfin, je m'aurais donc trompé ?
deambulateur-pliant.jpg

Voilà l'histoire, celle du coureur à pied devenu coureur cycliste reconverti au déambulateur.

Deux ans sans faire l'idiot, deux ans sans tomber, deux ans sans vélo.... Car, pour le coup, toute chute à vélo sur ma jambe droite serait synonyme de destruction osseuse grave et irréversible...On casse pas un clou en titane !
Aussi c'est mal me connaître, et je ne m'avouerai, cette fois encore, pas vaincu !

Si le vélocypède pratiquer sous la pluie je ne pourrai plus, alors mon arme absolue quand tout espoir est perdu sera la bienvenue.

Au premier jour fut... le WATTBIKE ! What bike ?




Commenter cet article

Delphine 25/09/2011 18:00


Bonjour, je suis tombé par hasard sur votre site avec des articles concernant votre fémur qui a été cassé. Je suis actuellement dans le même cas, à cause d'un accident de la route en janvier 2011,
j'ai eu le fémur gauche broyé et j'ai été évacué à la Salpêtrière où j'ai été opéré. Je suis resté 3 mois alité et maintenant je remarche en boitant mais je suis debout :). Je voulais vous demandez
si la douleur dans votre jambe a disparu avec le temps? Vous a-t-on enlever les clous et la tige? J'ai vu mon chirurgien la semaine dernière à la Salpêtrière et il m'a dis qu'il fallait attendre
1an et demi voir 2 ans pour rouvrir et enlever le matériel. Si vous souhaitez me répondre, voici mon adresse e-mail: del_093@hotmail.fr

Bonne soirée à vous.


Antoine 26/09/2011 14:15



Bonjour Delphine,
 
Je vous remercie pour votre passage sur mon blog et l'intérêt que vous portez au miel, à l'apithérapie et aux broches en tous genres…
J’ai donc été le 2 janvier 2010, comme vous, hospitalisé à La Pitié-Saplpétrière et pris en charge par le Dr Marc-Antoine Rousseau, dans le service du Pr Catonne.
D’abord, bonne nouvelle, le service est excellent et pour ma part l’intervention du Dr Rousseau a été exemplaire.
Je vous confirme qu’il faut bien compter près de 2 ans pour l’ablation du clou.
Ils m’enlèveront le mien le 6 décembre prochain, soit 23 mois après la pose. Pourquoi ?
Tout d’abord parce que l’os est creux et qu’il faut donc attendre que son enveloppe se reconstruise. Il faut bien imaginer que cette reconstruction osseuse est une véritable prouesse technique,
un défi aux lois de la mécanique… D’où cette attente qui peut sembler longue, d’autant plus longue que l’on est âgé et que la calcification osseuse n’est pas aussi prompte que chez une jeune
personne en pleine croissance.
Ensuite beaucoup de facteurs extérieurs peuvent venir ralentir le processus de calcification : tabagisme, sédentarité, décalcification chronique, sexe, hérédité, etc…
Concernant votre douleur et le fait que vous aillez été alité 3 mois me fais dire qu’il vous faut impérativement reprendre une activité physique.
D’abord, 3 mois alité vous a fais perdre une grande masse musculaire. Et peut être que cette absence de masse musculaire peut engendrer ces douleurs. Ensuite j’ai eu très mal, moi aussi au début,
simplement parce que l’intervention chirurgicale « blesse » profondément le corps.
Le chirurgien coupe des nerfs, coupe des tendons éventuellement, donc ces douleurs existent bien. Le corps, et les jambes notamment ont profondément souffert.
Maintenant comment supporter cette douleur ? Reprenez au plus vite une activité physique !
Je suis sorti le 10 janvier de l’hôpital, je ne pouvais pas plié d’un centimètre la jambe.
Je boitais, un enfer et pas question d’imaginer remarcher rapidement.
J’ai commencé à faire des séances de kiné. 2 à 3 fois par semaine, 30 mins. Tarif sécu !
Ma kiné pouvait tout juste me massé et les gains en « pliométrie » étaient si faible que je me suis résolu à commander un vélo d’appartement, le WATTBIKE.
Le premier jour alors que j’étais dans l’incapacité de plié mon genou, en chaise roulante et aidé de ma kiné je suis monté sur le vélo d’appartement. Je me suis contenter de faire un tour de
pédale. Au courage, en serrant les dents. Puis le deuxième jour : 2 tours et ainsi de suite.
D’un point de vu kiné, ostéo et douleurs, j’ai progressé à une vitesse incroyable. Ma kiné n’avait jamais vu ça. En fait elle venait simplement me masser, me déplier un peu, puis je retournais
sur mon vélo.
J’ai récupéré a une telle vitesse !!! En moins d’une semaine j’enroulais parfaitement les jambes. Les douleurs se sont elles aussi estomper rapidement, j’ai renforcé les tendons meurtris, re
fabriqué du muscle et donc sollicité mes os… Bref en refaisant du sport sur mon vélo d’appartement j’ai remis en route toute la chaîne musculaire des jambes et les douleurs ont disparu.
J’ai ainsi pu remarcher très rapidement. En conclusion, quelque soit votre état de forme, vous devez remobiliser vos membres inférieurs. Ayez confiance dans votre chirurgiens. Si ça fait mal,
c’est normal au début de la reprise, rassurez vous il n’a pas oublié quelque chose. Je sais que la douleur est vive, mais aillez confiance en votre organisme. Les tendons vont tenir, tout va
tenir, mais ça fait mal…Plus vite vous mobiliserez vos jambes et plus vite les douleurs s’estomperont. Si vous avez besoin d’un WATTBIKE n’hésitez pas à contacter : Thierry Louvet - 01 46 37 25
99 - thierryl@wattbike.fr
Je sais qu’ils doivent en proposer prochainement à la location. C’est un instrument idéal. Vous visualiser vos progrès chaque jour et surtout vous visualisez la puissance jambe gauche / jambe
droite, donc vous pouvez contrôler et quantifier vos efforts.
 
Enfin concernant le miel et vos cicatrice n’hésitez pas à badigeonner votre cicatrice avec du miel, elle ne sera que plus belle.
Sitôt rentré chez moi, j’avais mis du miel sur les agrafes et là surprise ! Le lendemain à la même heure, la cicatrice avait significativement changé d’aspect. (Ma kiné peut en témoigner.)
N’hésitez pas à me communiquer votre âge qu’on réfléchisse à un entraînement, si vous le souhaiter.
 
N’hésitez pas non plus à revenir vers l’AFA, pour les questions autour du miel :
Virginie Hateau
Responsable administrative de l'Association Francophone d'Apithérapie
13 rue de la fleur de lys
78730 Saint Arnoult en Yvelines
Tél : 07 86 52 18 59
afacontact@gmail.com
apitherapie-francophone.org
 
Bonne chance Delphine et à bientôt.
Antoine Bonfils



Hélène JUNG 25/02/2010 08:54


C'est bien d'avoir de vos nouvelles par ce blog.
Que c'est compliqué la relation avec les médecins. Ils sont si "clair" qu'on ne peut s'y tromper !! Et comme ils ont toujours le dernier mot, le patient a intérêt à être solide s'il veut poursuivre
ses propres objectifs...
Bon courage Antoine. Je comprends que vous êtes bien accompagné par des gens qui vous aiment, grâce sans doute aussi à votre ouverture aux autres.
Heureusement qu'on trouve encore dans le corps médical des médecins qui ont la vocation, c'est-à-dire le réel désir d'aider le patient.
C'est vrai que le turnower, pour la régénération osseuse, a une durée de deux ans. Et pourquoi ne peut-on pas expliquer les choses clairement et simplement ?
Bien a vous Antoine.
Hélène JUNG